Langues : fr ; es ; en

Nyéléni 2007 - Forum pour la Souverainté Alimentaire. 23 - 27 Février 2007. Sélingué. Mali
Accueil du site | Nyéléni 2007 - Forum pour la souveraineté alimentaire | Le Mali  

Dernière mise à jour :
lundi 16 juin 2014
Portfolio

Sélingué
Mali
Economie

Le Mali est un pays en voie de développement, avec 65 % de son territoire en région désertique ou semi-désertique. L’activité économique est surtout limitée autour de la région fluviale irriguée par le fleuve Niger. Environ 10 % de la population est nomade et environ 80 % travaillent dans l’agriculture ou la pêche. L’activité industrielle est concentrée autour des activités agricoles. L’immigration constitue une très importante manne de revenu. Le Mali dépend de l’aide étrangère et est très vulnérable aux fluctuations des prix mondiaux pour le coton, son exportation principale. En 1997, le gouvernement a mis en place un programme d’ajustement structurel réclamé par le FMI qui a aidé la croissance, la diversification et les investissements étrangers. Ces réformes économiques et la dévaluation du Franc CFA en janvier 1994 ont soutenu une croissance moyenne de 4 %. Des entreprises multinationales ont développé les opérations de prospection de l’or en 1996-1998, et le gouvernement prévoit que le Mali deviendra un exportateur majeur d’or dans la région sub-saharienne.

Le produit intérieur brut par habitant était estimé à 900 dollars en 2003.

Le Mali est membre de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

Le texte qui précède est une traduction du CIA World Factbook. Les informations concernant la réussite des ajustements structurels est donc à "prendre avec des pincettes". Avec la chute du cours du coton sur le marché en 2005, les paysans maliens produisent aujourd’hui à perte. Les agriculteurs dégagent des marges de plus en plus étroites et sont obligés de contracter des dettes. la CMDT (Compagnie malienne du développement des textiles) achète le kilo de coton 160 francs CFA alors que la production de ce même kilo coûte 190 francs CFA. De plus, en subventionnant leurs paysans, les États-Unis tuent ce marché. Le Mali envisage des alternatives, mais on ne sort pas si facilement de la monoculture.

Quand à la dévaluation du franc CFA, sensée favoriser les exportations, à surtout divisé par deux la valeur des capitaux nationaux et donc les capacités d’investissement nationales ; les exportations Maliennes de produits transformés sont avant tout bloquées par des barrières administratives, et non du fait de leur prix.

En plus du coton (premier producteur mondial en 2005) et de ses dérivés (graine de coton), le Mali est un important producteur de mangues (200 000 tonnes) dont une faible partie seulement est exportée (3 000 tonnes) malgrès un énorme potentiel. C’est un gros producteur et exportateur de bétail dans la région :

- cheptel bovin 7,8 millions de têtes (comparaison : 20,7 en France)
- cheptel caprin 22 millions de têtes (comparaison : 11,4 en France).

L’or occupe la troisième place dans les recettes d’exportation du Mali après le coton et le bétail sur pied. D’autres produits comme l’arachide (360 000 tonnes produites en 2003) s’exportent fortement.

En ce qui concerne l’immobilier, Le Mali est un pays en chantier. Il existe de nombreux projets publics et privés dans le secteur des Bâtiments et travaux publics. La demande en matériaux de construction est en très forte croissance. Aussi, les créneaux suivants offrent d’énormes possibilités d’investissement : fabrique de briques, cimenteries, fabrication de chaux et de peintures, production de plâtre, fabrication de fer à béton et autres, menuiserie métallique ou de bois pour les bâtiments, fabrication d’appareils électriques (ampoules, disjoncteurs, prises, gaines).

Le tourisme, qui a un potentiel moyen, est mal développé.

Articles de cette rubrique
  1. Géographie
  2. Economie
  3. Le Mali Malin